Daniel Boisvert, Docteur en Chiropratique

Arthrose

Arthrose    * voir réf.

L’Organisation Mondiale de la Santé déclarait, au début des années 2000, que cette première décennie du troisième millénaire serait consacrée Décennie de l’os et de l’articulation. Ce coup d’envoi de la part de cet organisme international se voulait être un stimulant, afin de poursuivre la recherche pour vaincre l’arthrose.

Au Canada, les maladies et dégénérescences (arthrose) articulaires se retrouvent au second rang en importance, juste après les maladies cardio-vasculaires.

Un article sur l’arthrose de la revue Science et Vie, paru en février 2002, mentionnait :

On pensait généralement que l’arthrose n’était pas une affection inflammatoire et qu’elle était due à une usure mécanique du cartilage; on s’est aperçu, ces dernière années, qu’il ne s’agissait pas d’usure, mais de destruction d’origine biochimique. Jusqu’à présent, on était convaincu que l’érosion du cartilage était lente et continue; il est probable qu’il s’agisse d’un processus pouvant se dérouler par à-coups.

Bien qu’il est reconnu scientifiquement qu’une certaine forme de dommage articulaire est associé au vieillissement, l’expérience clinique démontre sur les clichés radiologiques des patients la  présence d’arthrose dégénérative.

Le Dr Lee Adley MD, une autorité en matière de dégénérescence articulaire, dans son ouvrage de référence, montre des clichés radiographiques successifs pris pendant une période de 56 ans sur une patiente de 18 ans, qui avait consulté pour des malaises cervicaux suite à un accident d’automobile. La première série de radiographies démontrait une perte de courbe cervicale (première phase de la dégénération) et celles prises par la suite faisaient la démonstration que la blessure laissée à elle-même amenait à la destruction complète de l’articulation avec fusion et calcification complète (dernière phase de la dégénération).

Dans ce cas, on peut observer ce phénomène en quatre phases bien distinctes. Que serait-il arrivé à cette patiente, si les connaissances actuelles dans ce domaine avaient été appliquées sous forme de traitements préventifs? Aurait-on pu réduire ou éviter les conséquences?

Cette forme de dégénérescence articulaire (arthrose) est causée par un ou des traumatismes (coups à une articulation des extrémités ou/et de la colonne vertébrale), suite à un ou des impacts légers répétitifs ou importants, lors d’accidents divers (sport, travail, automobile, loisir) et est remarquée à partir de la fin de la vingtaine.

En 1988, une revue scientifique d’importance, par le Dr Charles A. Lantz, Phd., DC, faisait le tour de la question et mettait particulièrement en relation l’association entre l’immobilisation articulaire et la dégénérescence articulaire qui la suit.

Selon sa revue de la littérature scientifique, l’arthrose dégénérative survient de façon progressive, en cascade d’événements (effet de domino). De plus, on peut observer des changements anormaux de nature biochimique dès la première journée.

Suite à un accident (réduction de la mobilité normale de l’articulation / immobilisation), l’effet le plus notable observé est la modification de l’état du cartilage.

Le cartilage normal est lisse et le liquide synovial (lubrifiant), quant à lui, est responsable de la lubrification de l’articulation. De plus, ce même liquide synovial se charge des échanges interne /externe de nutrition et d’élimination des déchets produits par l’activité cellulaire.

Dans une situation normale (articulation en santé), le cartilage de l’articulation est capable de supporter des demandes d’adaptation au travail bien supérieures aux muscles. Il en va de même pour les tissus entourant l’articulation, soit les ligaments, capsules, etc …

Lorsque vous blessez une articulation, le modèle de recherche expérimentale sur l’animal confirme que, dès la première journée, des changements biochimiques anormaux (affectant l’activité des chrondrocytes et la teneur en glycosaminoglycan) vont prendre place. En fait, dès la troisième journée, on peut voir ces changements au microscope électronique. Au bout de 45 jours d’immobilisation, des adhésions entre les surfaces de l’articulation commencent à se former. Au bout de 90 jours, des dégradations importantes sont remarquées au niveau du cartilage.

En résumé, lorsque vous blessez une ou des articulations de vos extrémités (coude, pied, poignet) ou celles de la colonne vertébrale et que vous ne bénéficiez pas de soins afin de rétablir le bon fonctionnement articulaire, vous ferez l’expérience d’un ramollissement de votre cartilage et de vos ligaments et capsules. Ce ramollissement va rendre plus vulnérable ces articulations et celles-ci seront de moins en moins capables de supporter une charge de travail normale.

Au lieu de se réparer avec des tissus normaux , le corps, par défaut, essaiera de compenser avec des sels de calcium. C’est à ce moment que les radiographies démontreront leur présence et que l’on vous dira que vous faites de l’arthrose.

Il y aussi des effet locaux de la présences de ces calcifications, surtout au nivau du système nerveux (deuxième partie de cet article sur les recherches du dr. Henry Windsor et dr Nathan) et ce, particulièrement lorsque ces ostéophytes (pointes de calcium) envahissent les trous de conjugaison (trous par lesquels les racines nerveuses de la colonne émergent).

En regard de ces informations scientifiques, compte tenu que l’arthrose n’est pas qu’une maladie de personnes âgées (usure), que devrions-nous faire afin de ne pas détériorer prématurément?

Peu importe votre âge et votre condition de santé articulaire, dès que vous vous blessez, demandez-vous si vous laissez aller cette blessure vers un nid de chronicité ou si vous consultez un professionnel qui sera capable d’apprécier la gravité de votre blessure et ce, avec les moyens d’investigation clinique reconnus?

Les recherches scientifiques sur le sujet nous indiquent de ne pas retarder et de bénéficier d’une approche clinique de soins qui sera capable de redynamiser le mouvement perdu suite à une blessure. Ces recherches démontrent qu’en deçà de 45 jours, la redynamisation du mouvement va permettre au corps de réparer une bonne partie des dommages.

Si vous souffrez déjà d’arthrose, il n’est jamais trop tard pour s’en occuper de façon naturelle.

Recherchez un professionnel qualifié et formé pour examiner et traiter des problèmes de santé du type neuro-musculo-squelettique. Cette démarche permettra d’adresser de façon directe votre problème. Pour ceux qui ont déjà des dommages, cette approche permettra de sauver ce qui est fonctionnel et d’entrevoir la récupération d’une partie des dommages.

Ce que vous pouvez faire :

  1. Dans les premiers jours et semaines suite à un accident, l’application de froid est la meilleure façon de réduire l’inflammation d’une façon spécifique.

  2. L’articulation blessée, en phase d’inflammation et de douleur, ne tolère pas les activités où l’effet de la gravité est présente (debout).

  3. Le mouvement régulier aide votre guérison, Donc bougez de façon rythmique l’articulation blessée, promenez-vous en béquille (genou, cheville blessée), faites de la natation.

  4. Si vous souffrez déjà d’arthrose, les suppléments de glucosamine et chondroïtine permettront à votre corps d’avoir des éléments / substances chimiques de qualité qui soutiendront votre auto-réparation (guérison).

  5. Dans tous les cas mentionnés, un examen clinique et des soins neuro-musculo-squelettiques adaptés à la particularité de votre blessure sont tout indiqués.

 

Daniel Boisvert,
Docteur en Chiropratique

 

*Réf photo: Heberden-Arthrose http://commons.wikimedia.org/wiki/File:Heberden-Arthrose.JPG   de Drahreg01
w:en:Creative Commons

BOISVERTDC.COM accorde la permission d’envoyer la version intégrale ou des extraits d’articles de ce site à des groupes de discussions sur Internet, dans la mesure où les textes et les titres ne sont pas modifiés. La source doit être citée et une adresse URL valide ainsi qu’un hyperlien doivent renvoyer à l’article original. Les droits d’auteur doivent également être cités.

ↄ⃝  Copyleft  BoisvertDC.com

Publicités
%d blogueurs aiment cette page :