Daniel Boisvert, Docteur en Chiropratique

Complexe de la subluxation vertébrale (CSV)

Si vous lisez régulièrement mes articles,  vous aurez certainement remarqué que les termes subluxation et complexe de la subluxation vertébrale sont mentionnés couramment.

Pour comprendre cette entité pathologique, nous pouvons faire un un parallèle avec une autre spécialité de la santé ; la médecine dentaire est associée à la carie dentaire et aux maladies de la bouche, tandis que la chiropratique, quant à elle, est associée à la subluxation vertébrale et au complexe de la subluxation vertébrale.

Avant d’aller à l’explication de cette entité pathologique, il est important de situer son importance en regard de votre santé. Lorsque l’on parle de santé, les livres sur le sujet amènent l’information de base à l’effet que le cerveau contrôle et coordonne les activités des organes et systèmes du corps. Pour ce faire, celui-ci doit recevoir, à chaque instant, des informations de la part de ces systèmes .

Mais la colonne vertébrale abrite un lien de communication essentiel entre le cerveau et les organes et systèmes du corps, soit la moelle épinière. Associées à celle-ci, on retrouve les racines nerveuses et des capteurs de mouvements, soit les mécanorécepteurs.

La colonne vertébrale fait office de structure mobile de protection de la moelle épinière. Si les vertèbres et les articulations qui la composent sont traumatisées ou blessées, et ce même légèrement, celles-ci deviendront une source d’interférence à degré variable, en regard de la transmission de l’influx nerveux provenant du cerveau, ce qui en retour perturbera la physiologie du corps et entraînera des pertes de santé.

Les causes provoquant des changements de fonctionnement indésirables au niveau de la colonne vertébrale sont nombreuses. Celles-ci peuvent inclure des mauvaises habitudes de vie, des accidents, le stress. Le processus de la naissance est considérée comme la première cause de l’apparition de la subluxation vertébrale.

Même une fois la naissance passée, les mois ou années suivants, votre colonne sera soumise à des demandes biomécaniques qui peuvent désorganiser une unité vertébrale et amènera des déséquilibres des ligaments, tendons et provoquera des tensions musculaires asymétriques sur les articulations.

Par la suite, si elle n’est pas corrigée, cette subluxation va entraîner des changements variés au niveau des tissus adjacents, et devenir un complexe de changements anormaux, d’où le nom de complexe de la subluxation vertébrale.

Cette entité pathologique est bien réelle et soutenue par beaucoup de recherches dans le domaine des neuro-sciences. La raison qui motive sa détection et sa correction réside dans les conséquences néfastes de celle-ci sur la santé humaine.

Tous les effets ci-haut mentionnés sont regroupés en 5 catégories et leurs conséquences.

  • En premier lieu  la kinésiopathologie – le mouvement normal entre deux vertèbres est modifié en plus ou en moins par rapport au mouvement normal et équilibré.
  • Deuxièmement la neuropathologie – les tissus nerveux (les racines nerveuses, les capteurs de mouvement et la moelle épinière) perdent leur capacité de bien acheminer l’influx nerveux et ce, aux organes , muscles et vaisseaux sanguins et de plus faussent les informations de ceux-ci vers le cerveau.

Le cerveau étant moins bien informé par les différents capteurs du corps, ne commande pas aussi bien le corps de façon à le rendre adaptable en regard des demandes variées du monde extérieur.

Cette situation peut amener l’apparition de changements de comportement en plus de modifier le fonctionnement de base des organes et tissus du corps d’où l’apparition de perte de santé.

  • Troisièmement la myopathologie – les muscles associés à ces racines nerveuses déficientes amènent de légers spasmes persistants et occasionnellement dans certains cas, une réduction du tonus musculaire est observée. Cette situation va mener à l’apparition de la douleur, et à moyen terme, des pertes de position des vertèbres et à long terme des pertes de posture.
  • Quatrièmement l’histopathologie – la circulation sanguine est déséquilibrée, ce qui amènera l’apparition d’inflammation qui, en elle même, empêchera la guérison normale des tissus.
  • Cinquièmement les changements de détérioration et de remodelage des tissus vertébraux et articulaires – des réactions de dépôt de sel de calcium vont infiltrer les tissus malades, incluant les articulations, ce qui conduira à l’apparition de l’arthrose.

Cette dernière dimension du CSV peut facilement être appréciée par l’entremise des examens radiologiques. En effet la détérioration de la subluxation vertébrale se regroupe en quatre phases.

Dans la première phase, les vertèbres ne bougent pas de façon symétrique, on observe des pertes de posture des courbes cervicale, dorsale et lombaire. Par exemple, la courbe normale du cou devient plus droite jusqu’à se renverser.

La deuxième phase voit les pertes de mouvements vertébraux s’aggraver et l’on note un début d’affaissement des disques intervertébraux. Des dépôts calcaires apparaissent et des dommages sont souvent causés aux racines nerveuses.

La troisième phase marque le début de dommages permanents incluant une grande détérioration des disques, des muscles et des ligaments. Les dépôts calcaires sont tellement importants que la fusion vertébrale commence. Les nerfs et la moëlle épinière peuvent être sévèrement affectés.

La quatrième phase est caractérisée par une fusion complète des vertèbres atteintes et une condition de destruction des racines nerveuses irréversible amenant un changement anormal de fonctionnement des tissus et organes.

On peut prévenir les conséquences néfastes du CSV par la prévention ou la détection précoce. Le observations cliniques démontrent que le CSV peut évoluer sans qu’aucune douleur ne soit ressentie. Ce cas est particulièrement fréquent chez les enfants. Seul un examen clinique et radiologique chiropratique approfondi peut en révéler la présence. S’il y a des signes de dérangements de la neuro-biomécanique vertébrale, le chiropraticien diagnostiquera la présence du CSV en plus de quantifier son importance.

Daniel Boisvert,
Docteur en Chiropratique

Références:

  1. SYMPATHETIC SEGMENTAL DISTURBANCES-11, The Evidence of the Association, in Dissected Cadavers, of Visceral Disease with Vertebral Deformities of the Same Sympathetic Segments, Winsor, MD, The Medical Times, Novembre, 1921
  2. Latent Spinal Cord and Brain Stem Injury in Newborn Infants, Towbin Abraham, Develop, Med. Child Neuro. 1969, 11, 54-68
  3. Infantile Atlantooccipital Instability, Floyd H Gilles, MD, Am J Dis Chlid-Vol 133 Jan 1979
  4. The ‘‘ Vertebral Subluxation Complex ’’, Research Insights, Stiga John P, Renaissance International, S.A. 1982
  5. The Vertebral Subluxation Complex Part 1 An Interoduction to the Model and Kinrsiological Component, Lantz A Charles, Ph.D., D.C., Chiropractic Research Journal 1989; 1(3) : 23-36
  6. Textbook of Clinical Chiropractic, A SPECIFIC BIOMECHANICAL APPROCH, Plaugher Gregory, Williams & Wilkins, 1993
  7. UQTR, 7025 Doctorat en chiropratique, Université du Québec à Trois-rivières, 1993-1994
  8. Spinal Care and its Effects on human Physiology in Sickness and in Health, compiled by Dr Tedd Koren, D.C., 1999
  9. Somatovisceral Aspect of Chiropractic, an evidence-based approch, Charle S Mararsky, Marion Todres-Masarsky, Churchill Livinstone, 2001
  10. World Health Organisation guidelines on basic training and safety in chiropractic, WHO Library Catalguing-in-Publication Data, ISBN 92 4 159371 7, Geneva, 2005
  11. A review of the Evolution of Chiropractic Concepts of Subluxation, Painter M Frank, D.C., http://chiro.org/LINKS/FULL/A_Review_of_the_Evolution.shtml, 2006-12-09

BoisvertDC.com accorde la permission d’envoyer la version intégrale ou des extraits d’articles de ce site à des groupes de discussions sur Internet, dans la mesure où les textes et les titres ne sont pas modifiés. La source doit être citée et une adresse URL valide ainsi qu’un hyperlien doivent renvoyer à l’article original. Les droits d’auteur doivent également être cités.

Clinique Chiropratique Sainte-Julie
Daniel Boisvert,  Docteur en Chiropratique
1593 Chemin Fer-à-cheval
Ste-Julie, QC   J3E 1G5
Tél: 450-649-1411

ↄ⃝  Copyleft  BoisvertDC.com

Publicités
%d blogueurs aiment cette page :