Daniel Boisvert, Docteur en Chiropratique

Pour contrer la douleur articulaire soudaine : La chaleur ou le froid ?

Le feu et le Froid

Chaleur VS Froid (Ice and Fire showdown) / Wikimedia

Afin de réduire la douleur soudaine,
suite à la blessure d’une articulation,
doit-on utiliser de la chaleur ou du froid ? 

Transcription approximative et abrégée de la vidéo:

Daniel Boisvert D.C. : Aujourd’hui à Info-santé chiropratique, on parle de glace. Cette information s’adresse à nos patients actuels, aux patients à venir, et pour le public en général.

On va parler d’un outil absolument exceptionnel qui est un petit sac contenant une gelée flexible qui peut se placer n’importe où sur le corps, dans le dos, ou ailleurs.

Commentatrice virtuelle : la compresse de gel représente la meilleure option pour produire un froid suffisamment intense et d’une durée adéquate afin de diminuer de façon efficace l’inflammation.

Daniel Boisvert D.C. : donc lorsque vous appliquez de la glace – du froid – plutôt que de la chaleur, et bien vous permettez de réduire l’inflammation ; et lorsque l’on aura à vous donner des soins chiropratiques, cela sera plus facile.

Commentatrice virtuelle : suite à lablessure d’une articulation, doit-on mettre de la chaleur ou de la glace ? Ou plutôt appliquer de la glace et de la chaleur en alternance ?

Daniel Boisvert D.C. : je peux vous dire tout de suite que l’expérience clinique que nous avons acquise depuis plus de 30 ans démontre que l’utilisation du froid est supérieure à toute autre application.

Commentatrice virtuelle : les recherches sur les blessures sportives valident l’efficacité de cette procédure. Elles apportent des explications sur les mécanismes en action.

Daniel Boisvert D.C. : souvent les gens vont dire que lorsqu’ils mettent de la chaleur, cela leur fait du bien. Effectivement, la chaleur, au moment où on l’applique, pendant une heure ou deux, il semble que l’on ait du soulagement. Mais erreur : dans les heures qui vont suivre, l’inflammation va reprendre de l’ampleur à un point tel que plus on applique de la chaleur, plus l’augmentation de l’inflammation sera importante, jusqu’au point où l’on ne pourra plus bouger.

Commentatrice virtuelle : l’expérience clinique démontre aussi le bien-fondé de l’utilisation de la glace. Pour réagir au froid, le corps humain va régulariser sa température en augmentant la circulation sanguine. Cela a pour effet d’améliorer l’évacuation des toxines, d’améliorer l’oxygénation des tissus, et de favoriser la guérison de la blessure.

Daniel Boisvert D.C. : maintenant, cette expérience-là est efficace, et elle se confirme, dans la mesure où l’on va bien utiliser ce mode de traitement qui va contrer une partie de l’inflammation.

Commentatrice virtuelle : pour de bons résultats, il faut appliquer la glace directement dessus – et non pas dessous – la partie blessée. Par exemple : une personne éprouvant de la douleur au bas du dos s’installera de préférence à plat ventre, ou sur le côté, selon ce qui est le plus confortable. Si c’est la région du cou qui doit être traitée, on pourra le faire en position assise.

Daniel Boisvert D.C. : une autre erreur que les gens font, c’est qu’ils vont appliquer la glace en se couchant sur la compresse de gelée; en ce faisant, la compression du corps sur le sac va ainsi comprimer les vaisseaux sanguins occasionnant par le fait même une anesthésie par le froid. Cette façon de faire n’est pas efficace, et peut même être très désagréable une fois que les tissus auront dégelé. Donc on veut plutôt s’installer à plat ventre, tout en s’assurant de placer un morceau de coton mince entre la peau et la compresse – il faut éviter d’utiliser un tissu trop épais.

Ceci étant fait, il y a maintenant la question du temps d’application. Le temps sera en fonction de la partie à traiter. Nous y reviendrons.

Ce qui est important de comprendre ici, c’est que ce que l’on veut accomplir en utilisant le froid, c’est d’augmenter la circulation sanguine pour amener du sang frais, pour évacuer un peu de toxines et d’inflammation, et amener des nutriments qui vont aider à réparer une partie des dommages.

Maintenant le problème avec la chaleur, c’est que d’un côté, cela ramène du sang frais, mais de l’autre côté la chaleur augmente la température des tissus occasionnant des vagues successives (et d’avantage) d’inflammation. Et cela devient difficile à gérer, et n’est définitivement pas agréable pour le patient.

Lorsque l’on utilise du froid, certains vont dire qu’ils ont plus mal ou que cela est plus inconfortable. Sachez que l’effet du froid ne se fait pas sentir au moment-même où on l’applique, mais bien dans les minutes et les heures qui suivent la fin de la période d’application. Il ne faut donc pas s’en tenir exactement à la période de la sensation immédiate, mais il faut penser à ce qui va se produire par la suite. Ce qui se produit, c’est que le corps ne veut pas que la température d’une de ses parties diminue sous le niveau normal; donc la réaction normale du corps, c’est de dilater les vaisseaux sanguins et, par l’arrivée de sang frais, d’augmenter la température afin de la ramener au point d’équilibre. À la différence de la chaleur, la température de retour ne sera jamais supérieure à la normale; ce qui fait que suite à chaque application, de fois en fois, on amène du sang frais, on diminue la partie de l’inflammation et on se donne une chance d’avoir un début de réparation.

Tout au plus, dans les pires situations, on va avoir calmé un peu l’hécatombe qui amène la personne avoir soit un peu, moyennement, et beaucoup de douleur, jusqu’au point où l’on ne peut plus bouger.

Donc, ça c’était la partie sur le fonctionnement physiologique lors d’application de la chaleur et de la glace.

Lorsqu’on parle d’articulation, de neuro-articulaire, de neuro-vertébral, et parce que les os n’existent pas sans le système sanguin, et particulièrement le système nerveux, qui va contrôler et gérer la sensation, le tonus musculaire et le fonctionnement des tissus  : l’application de la glace est tout indiquée. Et c’est efficace.

Commentatrice virtuelle : les recherches scientifiques ont confirmé les résultats positifs qui sont obtenus par la cryothérapie, qui veut dire traitement par application de froid.

Daniel Boisvert D.C. : donc maintenant il y a la partie qui concerne le temps, la durée de l’application. On comprend que les temps que je vais vous donner sont approximatifs ; chaque cas étant particulier, on peut quand même dégager des moyennes pour nous orienter.

  • Pour la partie du cou : on parle de 5 à 10 minutes. On laisse passer de deux à trois heures, pour que les tissus reviennent à la normale, et on peut répéter l’application du froid. Naturellement, plus l’inflammation est importante, plus la douleur est intense, plus on pourra faire d’applications dans la journée.

  • L’épaule : 15 minutes approximativement.

  • La région entre les omoplates : on parle encore d’une période de 15 minutes – qui peut aller jusqu’à 20 minutes, tout dépendant de la situation.

  • Le coude : on va parler de 10 minutes.

  • Le bas de dos : 20 à 30 minutes. Donc on parle de douleur directement au dos, ou à la jambe – comme dans le cas où le nerf sciatique est impliqué. Souvent les gens vont mentionner qu’ils ont mal à la jambe ; il faut alors comprend que, fréquemment, c’est la partie de la colonne vertébrale qui ne fonctionne pas bien. Il peut donc y avoir une projection névralgique de douleur qui va se faire à distance. (…)

Dans les deux à trois heures qui suivent chaque application de froid, c’est dans cette période-là où tous les effets positifs vont agir.

Commentatrice virtuelle : règle générale, plus l’inflammation est importante, plus les applications quotidiennes seront nombreuses. Pour les cas les plus sévères, où les conditions d’inflammation sont telles qu’elles empêchent presque de bouger, il faudra au moins quatre applications par jour.

* Quand on commence les soins chiropratiques *

Daniel Boisvert D.C. : ce n’est pas parce que l’on commence les soins chiropratique et que l’on utilise la glace que le corps, instantanément, se retourne sur lui-même, dans le bon sens. Il faut se donner une chance. En tant que docteur en chiropratique, suite aux examens, à la prise de radiographies, et à l’analyse de votre colonne vertébrale, j’ai déterminé qu’il y avait certains endroits où il devait y avoir des corrections manuelles – que l’on appelle ajustement vertébral. L’ajustement ramène graduellement un fonctionnement plus équilibré entre les vertèbres de façon à ce que le mouvement soit le plus uniforme possible. À partir de ce moment-là, ce que vous pouvez faire à la maison, s’est d’appliquer de la glace, ce qui permet de réduire la période d’inconfort. En réduisant la période d’inconfort, les chances sont que votre sommeil sera meilleur (…) et aussi votre corps pourra disposer de plus de ressources afin de pouvoir ramener la situation vers la normale.

Commentatrice virtuelle : les soins chiropratiques permettent d’enlever, ou de réduire, les interférences au fonctionnement du système nerveux; interférences qui peuvent affecter négativement l’homéostasie du corps humain. L’homéostasie, c’est le système inné qui cherche à maintenir constamment un état d’équilibre au niveau de tous les organes et tissus.

Daniel Boisvert D.C. : il faut toujours se souvenir d’une chose ; les soins chiropratiques ne sont pas un traitement pour la douleur au cou, à l’épaule ou ailleurs. La chiropratique permet de normaliser le fonctionnement neuro-biomécanique – nerfs, colonne vertébrale et les tissus avoisinants – qui a perdu son équilibre et qui fait que, localement, le corps n’arrive plus à percevoir le déséquilibre. Et là on se retrouve dans une expression déséquilibrée de fonctionnement qui peut s’appeler : mal de cou, syndrome facettaire, bursite, tendinite, dorsalgie, névralgie intercostale, ou problème lombaire, sciatique, sciatalgie, lumbago, syndrome sacro-iliaque. Toutes les parties du corps où il y a des articulations peuvent perdre leur équilibre normal, et ainsi amener la situation que vous vivez.

Donc souvenez vous, lorsque vous êtes un patient de la clinique, je vais vous parler de la glace; si vous n’êtes pas encore un de nos patients et que vous désirez consulter, à ce moment-là, penser à appliquer et de la glace quelques heures avant de consulter.

Soyez assuré qu’avec l’expérience que nous avons, et les outils de diagnostic que nous utilisons tels que l’examen clinique, l’examen radiologique, ainsi que l’analyse que l’on en fait, nous allons être à même de pouvoir isoler la ou les section(s) de votre colonne vertébrale qui est (sont) déviant(es) dans leur fonctionnement. Nous allons progressivement à ramener le fonctionnement vers la normale, et le corps va pouvoir reprendre le contrôle sur lui-même et sur la zone qui ne fonctionnait pas bien.

Commentatrice virtuelle : en cas de blessure à une articulation, n’hésitez pas à utiliser la glace. Finalement, c’est la façon la plus sûre et la plus efficace de débuter le traitement de la zone blessée.

Daniel Boisvert D.C. : donc j’espère que ces informations vous seront utiles. Ici Daniel Boisvert, docteur en chiropratique, pour BoisvertDC.com.

Post-scriptum

Commentatrice virtuelle : comment se fait-il que de nos jours, il y ait encore des professionnels de la santé qui recommandent l’utilisation de la chaleur dans des cas de douleur articulaires soudaines, et ce en dépit de tout ce qui est connu par la science ?

Daniel Boisvert D.C. : je ne ferai pas de commentaire.

***

Avis de non-responsabilité

Cet article est publié sous licence CreativeCommons
Attribution – Pas d’Utilisation Commerciale – Pas de Modification 2.5 Canada

CreativeCommons_CNLib_2.5

BoisvertDC.com 2017

Daniel Boisvert, Docteur en Chiropratique
Chiropratique Sainte-Julie
1593 Chemin Fer-à-cheval, Sainte-Julie, QC   J3E 1G5 – (450) 649-1411
Chiropratique Boisvert 
859 Avenue de Grand-Mère, Shawinigan QC  G9T 2H9 – (819) 538-0295

Publicités

2014/12/21 - Posted by | Documentaire, Vidéos | , , , , , , ,

Aucun commentaire pour l’instant.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :